first_imgLa France prête à stopper ses réacteurs si cela s’imposeSelon le ministre de l’Energie Eric Besson, la France est prête à arrêter des réacteurs si l’autorité de surveillance du nucléaire le juge nécessaire à l’issue des tests de résistance menés sur les installations de l’Union européenne.Le ministre de l’Energie Eric besson a indiqué hier à Bruxelles que si l’autorité de surveillance du nucléaire le juge nécessaire, la France stoppera ses réacteurs nucléaires. “Nous adopterons les recommandations de l’autorité de surveillance du nucléaire (l’autorité publique de sûreté nucléaire, IRSN). Si elle juge nécessaire d’arrêter des réacteurs, nous le ferons. Il n’y a pas de doute à avoir”, a-t-il déclaré au cours d’un point de presse.À lire aussiLe pied d’éléphant, cette effrayante masse radioactive cachée dans les entrailles de TchernobylLe chef de l’Etat Nicolas Sarkozy avait pris cet engagement le 25 mars lors d’un sommet européen dont une partie des travaux était consacrée aux leçons de l’accident nucléaire de Fukushima au Japon. De son côté, la Commission a estimé hier qu’il n’était pas nécessaire de prendre immédiatement des mesures de fermeture de centrales.Elle ne se prononcera finalement qu’en juin prochain, dans son rapport définitif, une fois effectués les contrôles par des pairs (équipes d’experts des autres pays, nucléaires ou non, de l’UE). Le cahier des charges établi par le groupe des régulateurs européens (ENSREG) impose de contrôler “les critères les plus extrêmes, y compris les phénomènes cumulatifs, quels que soit leur origine”, a souligné M. Besson en réponse aux critiques formulées par les Verts du Parlement européen et Greenpeace.”Parmi les événements déclencheurs indirects figurent les conséquences de la chute d’un avion. Cela fait partie des tests et c’est écrit en toutes lettres”, a affirmé le commissaire à l’Energie Gunther Oettinger.Le 25 novembre 2011 à 19:44 • Maxime Lambertlast_img read more